mercredi 21 mai 2008

G. DESRAT a désormais un prénom

cliquez sur l'image pour l'agrandir

Connu depuis plus d'un siècle par la seule initiale de son prénom, le professeur de danse et auteur du fameux Dictionnaire de la danse a enfin retrouvé son prénom.
Au cours d'une recherche dans les actes d'état civil de Boulogne sur Mer, j'ai relevé comme témoin d'une naissance le 6 juin 1862 un certain Gustave DESRAT, professeur de danse, domicilié à Boulogne sur Mer
Une recherche à la bibliothèque confirme la présence de G. DESRAT dans cette ville dans les annuaires de 1862, 1863, 1864 et 1865 au 2 rue Siblequin.
A cette même adresse, de 1856 à au moins 1872, est domicilié Charles Périn (l'oncle du nouveau né), professeur de danse, sauf pour les années où Desrat y est mentionné, ce qui permet de supposer que Desrat a remplacé durant ces années Charles Périn dans ses activités de professeur de danse à Boulogne.

2 commentaires:

  1. Sylvie GRANGER21 mai 2008 à 07:11

    Bonjour Christian,
    Plutôt orientée vers les maîtres de danse du XVIIIe siècle, je ne connais pas très bien cette seconde moitié du XIXe, et pour tout dire j'ignorais qu'on ignorait le prénom de Desrat, "le Desrat" si souvent cité ! Mais puisque tel était le cas, alors je savoure la découverte ici relatée, ainsi que tous les indices parsemés dans cet acte de baptême, indices qui permettront d'en savoir rapidement nettement plus concernant sa famille et sa carrière. Et peut-être ainsi de comprendre dans quel contexte se place la publication de son ouvrage...
    Je veux aussi saluer ici ton souci de faire immédiatement partager cette découverte au plus grand nombre : bravo et merci, Christian !
    Sylvie GRANGER
    (chercheuse de musiciens et de danseurs anciens... Université du Maine, Le Mans)

    RépondreSupprimer
  2. Sylvie GRANGER21 mai 2008 à 07:13

    (correctif)
    Me relisant, je constate que j'ai parlé en habituée des registres paroissiaux et non de l'état-civil contemporain... il ne s'agit pas d'un acte de baptême mais bien d'un acte de naissance, toutes mes excuses !
    Sylvie Granger

    RépondreSupprimer